NM2: PLAY OFFS RETOUR (JDC)

 

LE MATCH A NE PAS PERDRE

La Charité doit battre Garonne, ce soir, à Georges-Picq, pour espérer disputer ensuite le match 3 de la série des quarts de finale. Il faudra mettre de l’intensité.

Ils n’ont plus le choix. Après avoir mené leur barque avec maîtrise, les Charitois vont jouer le premier match où une défaite signifierait la fin de leur saison. Après avoir perdu le quart de finale aller, à Meilhan-sur-Garonne (94-76), samedi dernier, les hommes de Fabien Anthonioz doivent gagner, ce soir (20 h), pour s’offrir une belle, dimanche, toujours à La Charité.

Le coach nivernais a senti son groupe remonté avec cette défaite initiale dans la série. Un échec qui s’est dessiné quand les Lot-et-Garonnais ont mis plus d’impact dans la raquette pour ouvrir les tirs à leurs joueurs extérieurs, au quart d’heure de jeu. Les Charitois ont alors subi le rythme du match, jusqu’à lâcher prise dans les dernières minutes. « On n’a pas fait le job comme on aurait dû », soupire Fabien Anthonioz. « Si on a pris 94 points, c’est en grande partie de notre faute. »

« Ils sont piqués par la rage »

C’est dans l’intensité que les Charitois devront progresser par rapport à la semaine dernière. Pour éviter de se faire dominer au rebond et de laisser des deuxièmes chances aux Garonnais. « Il faudra qu’on soit plus conquérant dans ce secteur. Les chiffres montrent qu’on a manqué de dureté. »

Et ce coup-ci, les Nivernais, dans un centre Georges-Picq qui sera aussi rempli que bouillant, ont l’intention de montrer leurs intentions dès les premières minutes. « Il y a eu une prise de conscience des joueurs de ce qu’ils n’ont pas fourni », explique Fabien Anthonioz. « Le positif, c’est qu’on a le même ressenti. Là, ils sont piqués par la rage. On voudrait commencer le match tout de suite pour montrer notre vrai visage. » Et le coach charitois de prévenir : « On va répondre présent d’entrée. Et si les Garonnais ne sont pas prêts au combat, ils vont passer une mauvaise soirée. On veut être dans l’action, et pas dans la réaction ».

Pour y parvenir, Fabien Anthonioz aura besoin d’un Miguel Montañana au top. Le pivot espagnol, gêné par des douleurs aux tendons d’Achille, s’est rassuré sur les derniers entraînements et sera le point d’appui dont ses coéquipiers ont besoin.

En face, Thomas Larrouquis, absent lors du match aller, est toujours incertain. « Pour nous, ça ne change rien », reprend Fabien Anthonioz. « Ils seront cinq sur le parquet et son remplaçant nous a mis 18 points la semaine dernière “S’ils veulent nous battre, ça ne sera pas sur l’envie, mais sur le basket pur. S’ils y arrivent, c’est qu’ils le mériteront. » Le match est lancé.

le journal du Centre (JDC) Vincent Darbeau